L'historique

    Selon une tradition orale, le chœur, sous le nom de Société de Chant Sacré de Genève, se serait constitué au cours de l'hiver 1826-1827, à l'ombre de la Cathédrale Saint-Pierre, dans les salons d'une respectable dame anglaise, très attachée à Genève et très bonne musicienne. Il n’existe aucun document précisant la date exacte de sa fondation.

    Les aspirations artistiques du petit groupe d'origine étaient fort modestes: «contribuer à l'édification du service divin», en améliorant la qualité du chant des psaumes, tout en cherchant à se développer au point de vue artistique et à se procurer en commun de «nobles jouissances». Cela veut dire qu'on y chantait non seulement dans un but utilitaire (concert, cérémonie), mais pour le simple plaisir musical, apprécié à une époque où les distractions étaient peu nombreuses.

    Dès 1855, le nouveau règlement de la Société précise que son but est de «répandre et entretenir le goût de la musique sacrée par l'étude et l'exécution des compositions religieuses des grands maîtres». Le fait que, durant tout le 19ème siècle, la Société ait été présidée par un pasteur illustre bien le caractère à l'origine «religieux» de cette dernière.

    Au début du XXe siècle, une personne laïque, en l'occurrence un tapissier, prit pour la première fois les rênes du Chant Sacré. Dès lors la Société s'est progressivement détachée des liens qui la rattachaient à l'Eglise pour devenir une institution à vocation purement artistique.

    Le chœur, qui a connu en tout et pour tout cinq chefs de ses origines à l’année 2011, est dirigé depuis cette date par Romain Mayor.

    En 2012, il s’est donné un nouveau nom: Le Chant Sacré Genève.